Planche à pagaie et yoga (SUP yoga) : une formule complète



Les bienfaits du yoga sont nombreux, et de plus en plus d’adeptes ont intégré cette discipline à leur routine hebdomadaire, voire quotidienne. Plusieurs ont décidé de varier leur pratique en combinant le yoga et la planche à pagaie, donnant ainsi naissance au SUP yoga.


Valérie Boudreault, kinésiologue, professeure de yoga et instructrice de planche à pagaie, fait partie de ces amoureux de la nature qui ont choisi d’amalgamer les passions du plein air, du yoga et du SUP. Pour elle, qui habite au bord d’une rivière calme du Saguenay-Lac-Saint-Jean, il s’agit d’un sport tout indiqué.


Diplômée de l’Université Laval en kinésiologie en 2010, elle a obtenu sa certification Yogafit Canada en 2016 et celle de Pagaie Canada en 2017. Profondément animée par l’activité physique et la nature, c’est tout naturellement que s’est fait le mélange de toutes ses passions. Tantôt en douceur, tantôt plus en intensité, c’est sur sa planche CHAKRA qu’elle offre ses services en eau calme.

Pourquoi la planche à pagaie?


Pour certains, la planche à pagaie peut être un moyen de s’évader ou de passer du temps en pleine nature alors que pour d’autres, elle consiste en un loisir social ou même un entraînement à haute intensité, à condition certes d’adopter la bonne technique.


Pour Valérie Boudreault, la planche à pagaie est une activité physique qu’elle peut doser selon ses besoins du moment, lui permettant de se connecter à la fois à son corps et à la nature. Cette connexion avec elle-même, elle en a besoin. C’est d’ailleurs pourquoi le yoga fait partie de son quotidien depuis plusieurs années, bien avant que le paddle board y fasse son entrée.


Le SUP yoga : l’enseigner et le vivre


Combiner la planche et le yoga était pour Valérie Boudreault une façon de doubler la force et la profondeur des connexions qu’elle entretient avec son corps et l’environnement qui l’entoure. Chaque sortie de SUP yoga commence par une randonnée, douce ou intense, selon ses envies. Cette introduction lui sert à dénicher l’endroit parfait, toujours en eau calme, pour tenir sa séance.


Une fois cet endroit trouvé, elle vérifie la profondeur de l’eau, le type de fond et les obstacles potentiels aux alentours, comme les roches, puis elle s’y ancre pour une séance sur sa planche CHAKRA.


« Ce doit être difficile de rester en équilibre sur une planche de SUP en faisant du yoga! »


Chaque fois, la réponse qu’elle formule à cette question fréquemment posée est la même : si vous pouvez pagayer debout sans problème et même prendre quelques vagues, le SUP yoga vous est accessible, et ce, même si vous n’avez jamais fait de yoga.


« J’ai donné des dizaines et des dizaines de cours de SUP yoga depuis 2017 et jamais je n’ai vu quelqu’un tomber de sa planche », assure l’instructrice. « Sauf peut-être une fois ». Cette fois-là, c’était sur le Lac-Saint-Jean. « Des bateaux et des motomarines passaient et les vagues nous faisaient valser. On pratiquait le guerrier renversé, et une des participantes avait une planche moins large, donc moins stable. Elle a regardé le ciel et elle est tombée. C’est la seule et unique fois en cinq ans que j’ai vu une chute », raconte-t-elle. Cette participante était elle-même professeure de yoga et une habituée du SUP yoga. Il faut dire que, sur une planche de 30 pouces de large, soit deux pouces de moins que la largeur de la planche CHAKRA de natür SUP, c’est la seule fois qu’elle est tombée durant les trois années où elle a été guidée par Valérie Boudreault sur ce même lac.


Il ne faut cependant pas en tirer la conclusion qu’une planche de 30 pouces ne convient pas au yoga. C’est du cas par cas. Dans les cours offerts par Valérie Boudreault, plusieurs variantes sont proposées selon la progression des participants. Les postures sont choisies soigneusement pour que vous viviez une belle expérience, lentement, c’est-à-dire étape par étape. C’est ce que vous devez rechercher auprès d’un instructeur si vous commencez votre pratique. N’oubliez toutefois pas que tomber à l’eau fait partie des risques de tous les sports aquatiques!


Les postures en SUP yoga


Les postures à deux, à trois ou à quatre appuis sont choisies pour les séances de SUP yoga. Plus le nombre de points de contact avec la planche est élevé, plus grande est votre stabilité. À titre d’exemple, la table et le chien tête baissée sont des postures à quatre appuis qui sont très stables.


L’enchaînement favori de Valérie Boudreault en est un qu’on appelle Vinasa : la planche suivie de la position chien tête baissée, du chaturanga-dandasana, puis du chien tête en haut. Simple et complet, il vous permet de respirer tout en suivant la valse des petites vagues.


Elle aime aussi se mettre au défi avec la posture du triangle inversé, le regard vers le ciel, ou encore avec une chandelle pour aller un peu plus loin. Les seules postures qu’elle n’explore pas beaucou